Le département de la Mayenne

De la démarche à l’autoévaluation, un outil au service du dialogue des acteurs de l’emploi

Le département de la Mayenne compte 300 642 habitants. La ville de Laval et son agglomération concentre 93 000 habitants et représente 46 % de l’emploi.
Source : Insee recensement 2007 – Pôle Emploi 2009.

La structure de l’économie mayennaise repose sur un fort tissu industriel constitué de leaders internationaux sur leurs marchés et d’un réseau dense de PME à patrimoine familial. 19% de la population active travaille dans l’industrie. Par ailleurs, la filière agricole, de l’amont à l’aval, est une composante dynamique de l’économie de la Mayenne avec plus de 15 000 emplois. Le taux de chômage (catégorie A) s’élève à 6,9 %, et de ce fait est l’un des plus faibles de France.
La Maison de l’Emploi (MDE) de la Mayenne, créée depuis 2006, est portée par le Conseil Général de la Mayenne avec un cofinancement de Laval Agglomération et de l’État. Elle est une cellule de coordination, d’animation territoriale pour développer des projets mettant en perspective l’emploi avec l’économique à l’échelle de la Mayenne.
Les axes d’intervention de la MDE 53 sont orientés autour de :

- L’observation et la veille territoriale pour marquer et promouvoir les stratégies de l’emploi dans le département ;
- La Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences pour rendre lisible les compétences et leurs évolutions ;
- La sécurisation des parcours professionnels dans un but de coordination des partenaires de l’emploi pour insérer et maintenir les publics les plus éloignés de l’emploi.

Dans son approche, l’entreprise est mise au coeur de la logique territoriale de l’emploi dans la mesure où l’entrée «emploi et développement économique » semble favoriser une démarche GTEC. Les projets GTEC s’appuient sur une dynamique de maillage d’entreprises et sur la mise en réseaux d’acteurs de l’emploi. Sur l’ensemble du département, la GTEC conduite par la Maison de l’Emploi de la Mayenne concerne plus de 200 entreprises réparties sur 15 communautés de communes. Cette démarche s’attache essentiellement à identifier les besoins en compétences des entreprises de plus de dix salariés pour mieux mutualiser les solutions en terme de recrutement, formation, mobilité professionnelle et de gestion des ressources humaines.

___

Dans cette démarche, il s’agit de pouvoir adapter la GPEC à l’échelle territoriale dans une logique de concertation. Il est proposé aux entreprises impliquées d’élaborer une cartographie des emplois du territoire et un référentiel des compétences transposables. Ainsi, pour chaque emploi-type (ex : conducteur de machine, électricien, etc.), les entreprises accompagnées par la MDE 53 décrivent les activités principales, les compétences professionnelles, les aptitudes personnelles et les perspectives d’évolution à court et moyen terme. Il leur est ainsi possible d’avoir une lecture partagée des compétences entre activités et entreprises. Ces dernières prennent conscience des regroupements possibles entre métiers et ce, même si elles exercent dans des secteurs très différents. Elles peuvent ainsi adapter les recherches de compétences et offrir une plus grande connaissance aux salariés notamment en termes de mobilité professionnelle.

___

Cette démarche a pour objectif de rendre plus lisible les emplois et les compétences disponibles sur le territoire et ainsi coordonner les actions collectives. La MDE 53 a évalué2 sa démarche afin de connaître les impacts de ses efforts. 87 entretiens ont été réalisés auprès de 29 entreprises, de 23 partenaires de l’emploi et de la formation, de 15 élus et techniciens des collectivités territoriales et des représentants d’acteurs départementaux.
Les questions abordées ont pour objectif :

• D’évaluer les relations entre les acteurs et leurs territoires ;
• De mesurer les impacts de la démarche GTEC pour les entreprises et les actifs du territoire ;
• De capitaliser les expérimentations de la GTEC et les conditions du transfert des méthodes.

De cette évaluation, il s’avère que les projets GTEC ont permis d’appréhender les territoires comme un espace de travail possible et pertinent pour agir directement sur les questions d’emploi.
Les projets GTEC ont fait prendre conscience du levier que constitue le travail en réseau à l’échelle d’un territoire entre des entreprises, des élus et des partenaires de l’emploi et de la formation.
Ainsi, par un double effet d’apprentissage et d’interconnaissance, les projets de GTEC ont donc pu être directement intégrés dans les pratiques :

- des Communautés de communes et Pays, pour mieux traiter des questions d’emploi sur leur territoire ;
- des entreprises, pour ajuster parfois leurs outils et pratiques RH ;
- des partenaires de l’emploi et de la formation principalement dans leurs relations avec les entreprises.

Enfin, la grande majorité des acteurs reconnaissent aux projets GTEC une vraie valeur ajoutée, et souhaitent voir cette dynamique pérennisée.

Ce qu’il faut retenir à l’issue de cette auto-évaluation concernant les limites du projet :

D’une part, les projets de GTEC ont été conduits dans une logique d’expérimentation:

- les objectifs étaient connus mais les acteurs ont fait l’expérience « d’apprendre en marchant »;
- le manque de visibilité des finalités et des résultats des projets.

D’autre part, ils nécessitent la prise en compte du critère temps ;

- le temps de mobilisation des entreprises ;
- le temps de travail en collectif sur les projets de l’ensemble des acteurs ;
- le temps entre le démarrage des projets et la visibilité de résultat.

Enfin, les projets n’ont pas encore complètement « irrigué » les territoires :

- le nombre d’entreprises engagées dans un travail collectif ;
- les actifs restés à distance des projets de GTEC ;
- l’inégale participation des partenaires de l’emploi et de la formation.

Pour en savoir plus :
Maison de l’Emploi de la Mayenne
Michèle Louvard, Directrice
Annie Perrinel, Responsable projets
7 rue du Paradis
53000 LAVAL
Tél : 02 43 53 06 53 / Site : www.emploi-mayenne.fr
2 Rapport disponible auprès de la MDE 53