Le bassin de Rennes (Bretagne)

Activ’emploi, une plate-forme territoriale

En quelques chiffres :
Le bassin d’emploi de Rennes regroupe 566 400 habitants.
En matière d’emploi, chaque catégorie socioprofessionnelle (CSP) est ainsi représentée :
Les cadres : 45%
Les employés : 30%
Les ouvriers : 20%
Les chefs d’entreprises : 5%

Composé de trois pays homogènes ; le Pays de Rennes, le Pays de Brocéliande et le Pays des Vallons de Vilaine, le Bassin d’emploi de Rennes expérimente un dispositif GTEC consistant à anticiper les besoins en compétences face aux différentes évolutions structurelles des filières du territoire.
Sur ce territoire, le taux de chômage est relativement faible malgré une perte de 7 400 emplois en 2009 en raison de la conjoncture économique nationale3. Le tissu économique est composé essentiellement de TPE, avec 75% des établissements qui ont moins de 5 salariés. Au niveau industriel, le secteur de l’automobile est largement dominant, représentant à lui seul plus de 8% de l’emploi salarié. Viennent ensuite les industries agroalimentaires qui représentent 5,6%.
À l’image de l’ensemble du territoire national, le bassin subit une profonde mutation dans la mesure où les emplois industriels laissent place aux emplois de services (aux particuliers et aux entreprises). Ces derniers représentent désormais un emploi sur cinq et sont le premier secteur de l’économie du bassin. Dans ce contexte de mutations économiques structurelles du bassin et devant la nécessité de répondre aux attentes de la population en terme de qualité de vie et d’évolution professionnelle, les acteurs de l’emploi se sont organisés autour du Conseil de Développement Economique et Social du Pays et de l’Agglomération de Rennes (CODESPAR), de la Maison de l’Emploi, de l’Insertion et de la Formation du bassin de Rennes (MEIF) créée en 2005.

Activ’emploi, une cellule pour anticiper les mutations

Née du partenariat entre la MEIF et l’Union des entreprises, la cellule ACTIV’EMPLOI a pour mission de mettre en place une démarche d’anticipation des mutations économiques et technologiques sur le bassin d’emploi du Pays de Rennes.
Avec la forte volonté de valoriser les dispositifs mobilisables, et sa capacité à mailler les réseaux du territoire, la cellule Activ’emploi ne se substitue pas aux différentes structures existantes. Elle apporte une meilleure lisibilité de ses outils et incite les utilisateurs potentiels (les entreprises et les salariés) à les utiliser.
Parallèlement, les missions de la Cellule Activ’emploi ont été élargies à un nombre d’activités complémentaires à l’anticipation de la conjoncture économique. Elles doivent en effet agir pour le maintien et le retour à l’emploi tout en accompagnant et facilitant les conditions de mobilités professionnelles.

Quatre cibles de la cellule Activ’emploi

Les entreprises

Afin d’inciter les entreprises à entrer dans une démarche de GPEC Territoriale, la cellule propose des espaces ponctuels de rencontre pour informer les dirigeants des TPE-PME des dispositifs d’aide au maintien et au développement des activités. Sur les thèmes « Comment faire face à la crise et organiser la reprise ? », elle travaille avec ces dirigeants pour apporter des réponses à l’employabilité des salariés. Elle prépare ainsi les adaptations nécessaires face aux modifications des stratégies d’entreprises et de la conjoncture économique. Ces lieux de rencontres et de ressources sont par ailleurs formalisés par le Centre d’Aiguillage mutualisé, qui permet de réorienter les demandes des chefs d’entreprises sur les personnes ressources compétentes sur les volets ressources humaines, finances, juridiques, etc.

Le territoire

Il s’agit, en premier lieu pour la cellule, de cartographier les compétences disponibles du territoire afin d’adapter l’outil de formation à la construction des parcours de reconversion.
Par ailleurs, la cellule agit sur le territoire en travaillant avec les cellules de reclassement. Cette veille doit permettre de :

• mutualiser et de partager les informations sur l’ensemble du territoire ;
• partager les solutions à mettre en oeuvre ;
• encourager l’utilisation de la démarche Transcompétences ;
• préparer, anticiper la reprise, accompagner les projets par les actions de formation et de mise en place de plan GTEC.

Transcompétences
À la base du dispositif, un plan social a été mis en place dans l’entreprise ST Microélectronics en 2005.
Les acteurs de l’emploi se sont alors concertés afin de monter un dispositif d’aide à l’accompagnement des mobilités. Ainsi est né « Transcompétences », un outil qui répertorie les compétences nécessaires à un emploi pour les transposer à d’autres postes. Cet outil ne s’attache pas aux compétences exclusivement techniques, mais aux compétences « transférables ».
La gestion de l’outil est désormais confiée à la cellule Activ’emploi.

Les salariés

Enfin, l’accompagnement concerne aussi les salariés car la cellule met en place des sessions d’informations des salariés sur les dispositifs de reconversion et de préparation aux transitions professionnelles. Elles sont menées en lien direct avec les partenaires sociaux.

• D’abord, il s’agit de proposer des sessions d’informations dans les entreprises fortement fragilisées par la crise. Ces rencontres sont organisées par la Cellule Activ’Emploi en collaboration avec les structures d’accompagnement des salariés licenciés pour motif économique (Pôle Emploi, Afpa Transitio), et en accord avec les chefs d’entreprise ;

• Des réunions d’informations sont également organisées en dehors de l’entreprise sur des territoires impactés en partenariat avec les élus, les organismes de formation, les partenaires sociaux pour permettre aux publics d’anticiper des besoins ou bien encore d’exprimer des souhaits de reconversion professionnelle ;
• Une permanence téléphonique réservée aux salariés permet d’apporter un premier niveau de réponse aux préoccupations ;
• Des ateliers sur des thèmes spécifiques sont également animés par la cellule « identifier les freins à la mobilité professionnelle ou géographique ».

Les licenciés / les demandeurs d’emploi

En complément des trois premières missions plus générales, la cellule Activ’emploi se propose d’accompagner un public de salariés licenciés qui bénéficient d’une convention de reclassement personnalisée. Celle-ci, allant du soutien actif aux personnes les « plus fragilisées » avant l’accompagnement par les structures de reclassement centré sur la recherche d’emploi immédiate au regroupement de ressources du territoire capables de proposer les perspectives de reconversion.
La cellule Activ’emploi est l’aboutissement d’un long processus de prise en charge par les acteurs du territoire de la question stratégique des ressources humaines. Elle s’est engagée sur un véritable travail de recensement des dispositifs existants du territoire et s’inscrit aujourd’hui dans une offre complémentaire de mutualisation partenariale.
La cellule Activ’emploi est en cela une innovation majeure en matière d’outil de la Gestion territoriale des emplois et des compétences.

Cellule Activ’emploi :
Les pilotes :
Maison de l’Emploi, de l’Insertion et de la Formation Professionnelle et l’Union des Entreprises

Les partenaires :
- Rennes Métropole
- Ministère de l’Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement
- Le Conseil Général d’Ille-et-Vilaine
- La Région Bretagne
- La Chambre de Commerce et d’Industrie de Rennes
- La Chambre des Métiers et de l’Artisanat d’Ille-et-Vilaine
- La Fédération Française du Bâtiment d’Ille-et-Vilaine
- Le Conseil de Développement Economique et Social du Pays et de l’Agglomération de Rennes
- L’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie d’Ille-et-Vilaine et du Morbihan
- Le Pôle Emploi
- La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment d’Ille-et-Vilaine

Pour en savoir plus :
Cellule Activ’emploi
Marylise Louesdon
@ : marylise.louesdon@activemploi.org
5 bis rue du Bosphore
35200 RENNES
Tél : 02 99 51 10 55
3 CODESPAR, Note de conjoncture, mars 2010