Le Pays de Fougères

Un observatoire pour impulser une démarche de GTEC sectorielle

En quelques chiffres :
Le Pays de Fougères compte 81 000 habitants. Le taux de chômage est faible, il avoisine 7.7%. Les principaux secteurs sont la confection et le bâtiment (source INSEE).

Le Pays se situe à 50 km au nord de Rennes, la capitale bretonne sur un axe routier important qui rejoint Caen. Historiquement, le Pays à vocation agricole de Fougères a toujours pu compter sur une industrie de la confection vestimentaire importante. En termes d’emplois, il est aujourd’hui très au-dessus des moyennes nationales et régionales sur les secteurs primaire et secondaire. Or, depuis plusieurs décennies, le secteur de la confection tend à laisser place à celui du bâtiment. En effet, la construction emploie en 2008, 2 246 personnes soit 7,4% des emplois du Pays.
Ces données sont issues de l’Observatoire du Pays de Fougères qui mène une action capitale d’analyse, de veille et d’information sur l’évolution socio-économique du bassin depuis les années 1980 : études actualisées sur l’évolution de l‘emploi salarié, du marché du travail, des principaux employeurs, sur les anticipations en besoins de main-d’oeuvre, etc.
Dans un contexte économique difficile, où pèsent des menaces sur l’emploi, le Pays de Fougères s’est interrogé sur les moyens à mettre en oeuvre pour développer l’emploi. Ainsi, le bâtiment, et plus particulièrement l’éco-construction, ont pu être identifiés comme une opportunité nouvelle à prendre en charge localement.
En 2008, dans le cadre d’un appel à projet Emploi-Formation lancé par la Région Bretagne et la Direction Régionale du Travail de l’Emploi et de la Formation, l’Observatoire du Pays de Fougères s’est engagé dans une étude-action visant à mesurer le degré d’anticipation des entreprises artisanales du bâtiment face à la montée en puissance de la qualité environnementale.
L’objectif de cette étude fut d’identifier les difficultés rencontrées par les entreprises et de définir des préconisations d’actions pour le territoire du pays de Fougères de sorte qu’ensuite, les acteurs concernés puissent se saisir de ces pistes et les mettre en oeuvre. L’originalité de la méthode réside dans son positionnement clairement ascendant, les professionnels étant les premiers consultés.

___

L’étude s’est déroulée en deux temps :
Un premier travail a été mené auprès des professionnels et des représentants du secteur du bâtiment via un questionnaire envoyé à 400 entreprises après un premier travail statistique à partir des bases de données de l’Observatoire : identification des besoins en main-d’oeuvre, des problématiques de formation, de l’adaptation à la montée en puissance de la qualité environnementale. Le taux de retour est très satisfaisant car il avoisine les 20% ; ce qui marque aussi l’intérêt des sondés pour la démarche.
L’analyse fut complétée par l’audition des principaux acteurs du secteur du bâtiment et notamment, les organisations professionnelles.
Le second temps de l’« étude-action » réunit fin février 2009, autour d’une table ronde, l’ensemble des acteurs du bâtiment et des partenaires publics du territoire. Après présentation des résultats de l’enquête et identification des principaux enjeux, les premières préconisations furent discutées et complétées.
Les résultats ont mis en évidence le fait que compte tenu de l’évolution des règlementations et des mesures incitatives proposées aux ménages et aux collectivités, les entreprises du bâtiment du Pays de Fougères avaient fait preuve de peu d’anticipation sur les compétences techniques et commerciales nécessaires pour conseiller les clients en matière d’éco-construction. La dimension « développement durable » n’avait pas encore été perçue comme un atout économique pour l’entreprise. Grâce à cette étude, les acteurs ont reconnu qu’une approche collective et coordonnée permettrait à chacun de s’engager plus efficacement avec une meilleure coopération entre les différents corps de métiers, mais aussi entre le public et le privé.
Parallèlement, les organismes d’accompagnement se sont engagés dans une action sur mesure au plus près des entreprises en permettant d’apporter aux artisans des solutions personnalisées sur des problématiques techniques ou de gestion des ressources humaines.
L’action a ceci d’original que tout en étant classée « formation des entreprises et demandeurs d’emploi », elle fut intitulée « plan de développement territorial de l’éco-construction du Pays de Fougères ». Dès lors, un ensemble d’acteurs se trouvèrent mobilisés par une implication politique large, dans une cohérence globale territoriale, invoquant l’évolution économique, le bâtiment, l’emploi, l’environnement et l’habitat.
L’action, toujours en cours au moment de la rédaction, est ascendante et progressive. Les partenaires cherchent à apporter une réponse adaptée par la combinaison et le pilotage d’un bouquet d’actions, citons :

• L’organisation des rencontres des entreprises sur le terrain ;
• Le montage des formations des entreprises avec notamment pour public les entreprises, maîtres d’oeuvre, marchands de matériaux ;
• La création des ateliers participatifs de projets d’éco-construction rassemblant des maîtres d’ouvrage, des maîtres d’oeuvre et des bureaux d’études ;
• La mise en place de chantiers pilotes avec l’organisme « Fougères Habitat » ;
• L’organisation des rencontres intercommunales de l’éco-construction ;
•  L’élaboration de documents administratifs d’un projet d’éco-construction ;
•  L’organisation de visites et de voyages d’étude pour les entreprises bénéficiaires et les prescripteurs.

Au total, ce sont une douzaine d’acteurs à différentes échelles locales, départementales et régionales qui se sont mis au service du projet territorial d’éco-construction sous l’égide du Pays de Fougères et de sa Maison de la Formation Professionnelle. Ce projet, qui s’est appuyé au départ sur l’Observatoire, s’avère être un outil efficace de collecte de données fondamentales pour le territoire. Il a déployé sa démarche GTEC en milieu rural à travers un secteur d’activité et a déjà permis d’agréger de nombreux acteurs autour du projet de territoire.

Pour en savoir plus :
Bruno DELAMARCHE – Directeur du Pays
Stéphanie GESLOT – Chargée de mission éco-construction
www.pays-fougeres.org